E-commerce : les places de marché se portent bien
Plates-formes de mise en relation entre des vendeurs et des acheteurs, les places de marché ont le vent en poupe, notamment grâce à leur légitimité : tiers de confiance, elles garantissent des transactions encadrées et des catalogues centralisés. Leur croissance devra cependant s’appuyer sur un cadre réglementaire et marketing solide.

De bons chiffres à confirmer en France

19% d’activité en plus sur une période d’un an : c’est la statistique révélée par la Fevad (Fédération du E-commerce et de la Vente à Distance) qui confirme la bonne santé des places de marché. Sur les 9 premiers mois de 2016, le e-commerce progresse moins vite (14%, par rapport à 2015). L’activité des places de marché représente désormais 30% des ventes des 40 sites du panel étudié par la Fevad.
Pourtant, ces marketplaces sont moins développées en France qu’en Angleterre ou aux Etats-Unis. Outre-Manche, ce sont plus de 9 e-commerçants sur 10 de taille moyenne qui proposent leur catalogue sur une place de marché. Certes, 11 sites du top 15 français (dont les 5 premiers) ont créé leur propre marketplace, mais les statistiques sont encore loin de refléter une maturité du marché.…  




Un futur à définir

Ce sont les principales interrogations des consommateurs qui freinent leur achat sur une marketplace : vais-je être livré ? Si oui, sous quel délai ? Comment se déroule le paiement, si j’achète à un tiers ? Des questions auxquelles les acteurs du marché apportent de plus en plus de réponse concrète. « Avant de s’engager sur une marketplace, le marchand doit prendre conscience des attentes des consommateurs, afin de proposer un acte d’achat aussi fiable que sur un site ‘’traditionnel’’. Cela passe par des fiches produits claires, des modes de livraison variés, une politique de retours explicites… Ces défis sont faciles à relever, à condition de ne pas en oublier. », note Philippe Boulay, dirigeant de Upela.com, éditeur de solutions logistiques pour les e-commerçants.
Le marchand devra notamment penser, avant de s’engager sur une place de marché, à répondre aux différentes attentes des consommateurs : 

- définir une offre claire : les fiches produits sont-elles explicites ? Toutes les caractéristiques du produit sont-elles aussi claires que sur un site traditionnel ? Les options (taille, couleur, accessoires) sont-elles bien définies ?
- rassurer sur l’acte d’achat : les modalités de règlement sont-elles proposées par la plate-forme, ou pouvez-vous définir les moyens de paiement ? Si c’est le cas, veillez à offrir différents canaux de paiement (PayPal, CB, virement…) afin de rassurer l’utilisateur et éviter les abandons de panier. Quelle politique de retours mettez-vous en place ? Est-elle suffisamment mise en avant ?
- miser sur la livraison, attendue comme un avantage concurrentiel : si la diversité du catalogue ou la qualité des produits sont les principales motivations à l’achat, 45% des consommateurs ne valident pas leur panier à cause d'options de livraison non satisfaisantes ou indisponibles. D’où l’importance d’une grande variété dans les modes de livraisons proposés sur les places de marché, par exemple à l’aide de connecteurs e-commerce qui, en plus de séduire les utilisateurs, permettent aux e-commerçants de réduire leurs coûts.
- choisir la bonne place de marché : même si cet argument paraît évident, il convient de ne pas s’éparpiller, car chaque place de marché a ses propres spécificités. Promenez-vous dans ses “rayons” et analysez les cibles, les marchands et les conditions d’engagement afin de choisir la marketplace qui vous correspond.